« Le Silence | Accueil | »

30 novembre 1998 - Asie - Cinéma

Les Fleurs de Shangaï, de Hou Hsiao Hsien

Ce qui frappe au début dans Les fleurs de Shangaï, c'est le formalisme du film. Il s'agit d'une succession de scènes séparées par des fondus au noir, chacune racontant, en un plan unique, une action simple (une réunion d'hommes, une dispute, une négociation). Elles se déroulent toutes dans l'une ou l'autre des maisons de prostitution de Shangaï, à la fin du XIXe siècle. L'écoulement du temps est incertain, on ignore si quelques minutes, ou plusieurs mois ont passé entre un plan et le suivant. De même, le jour et la nuit sont presque toujours imperceptibles.

Cette succession de tableaux, comme pris au hasard, montre de manière vivante le fonctionnement des bordels de luxe. On est au début ébloui par la splendeur des décors et des vêtements, réchauffé par ce rouge et ce marron omniprésents, dans une atmosphère intimiste éclairée à la lampe à huile. Ce n'est qu'après qu'on commence à comprendre les dissensions qui opposent les « pensionnaires » entre elles, parfois les drames qu'entraînent leur dépendance et leur ignorance du monde extérieur, lorsqu'elles sont abandonnées par un client, ou qu'elles croient à de belles paroles.

Mais le procédé a ses limites. Au découpage en scènes bien séparées s'oppose l'histoire, qui, elle, est continue. De sorte que les personnages sont parfois obligés de raconter ce qui s'est passé pendant ces fondus au noir : « Il a épousé une telle, puis est revenu vers telle autre... » On se croirait au théâtre, et c'est la seule maladresse du film.

De ces Fleurs de Shangaï qui portent des noms de pierres, je retiendrai le visage de la plus belle des courtisanes : un visage aux yeux fortement bridés, aux traits simples et nets, géométriques (Michiko Hada). C'est un visage parfait et impénétrable : on se demande longtemps si sa tristesse cache une vraie douleur, ou si tout n'est que ruse de professionnelle. Et, de même, c'est peut-être pour la garder plus longtemps que son client, sincèrement amoureux d'elle, ruse et ne paie ses dettes et ses factures que progressivement. Contrairement à la facilité brutale du sexe qui caractérise l'autre film sur la prostitution de la semaine, Claire Dolan, ici ce sont les mouvements sinueux du désir que les clients viennent acheter, et c'est l'une des raisons du charme unique du film.

Publié par thbz le 30 novembre 1998

0 commentaire(s)

Publier un commentaire :




Se souvenir de moi ?

Si une image apparaît à droite, merci de copier ci-dessous le code qu'elle contient :


Publier un commentaire :




Se souvenir de moi ?

Si une image apparaît à droite, merci de copier ci-dessous le code qu'elle contient :


Textes et photos (sauf mention contraire) : Thierry Bézecourt - Mentions légales